Alexandre Soljenitsyne

Publié le par M. HAMIM

 

C’est aujourd’hui: mercredi 6, que le corps d’un monument de la littérature russe, a été inhumé au cimetière du monastère Donskoï à Moscou. Alexandre Soljenitsyne est mort, dimanche 3 août, à Moscou à l'âge de 89 ans à son domicile, suite à un arrêt cardiaque.

La grande figure de la dissidence soviétique, est né le 11 décembre 1918 à Kislovodsk au Caucase (Russie), Soljenitsyne bien qu’orphelin de père, a passé une enfance heureuse à Rostov-sur-le-Don, au sud de la Russie, où il a fait des études de sciences et de lettres, avant d'être mobilisé pendant la seconde guerre mondiale et de servir comme capitaine d'artillerie. En janvier 1945, il est arrêté pour avoir émis dans une lettre privée des doutes sur la stratégie politique de Staline (l’homme à la moustache), qualifié par ailleurs de "caïd". Il est condamné sans appel à 8 ans de "redressement" dans un camp pour complot antisoviétique, une expérience qu'il racontera dans 'Une journée d'lvan Denissovitch'. En 1962, Khrouchtchev autorise la parution de cette description précise du goulag. La publication fait sensation et lui attribue une reconnaissance immédiate. D'autres écrits et romans suivent, toujours accueillis avec dynamisme : La Maison de Matriona, en 1963, Le Pavillon des cancéreux en 1967. Le Premier Cercle ; est interdit, mais passe les frontières presque  de la main à la  main, jusqu'à recevoir en France le prix du meilleur livre étranger. Le prix Nobel, qu'il ne pourra pas aller chercher, lui est attribué en 1970. Le prof des mathématiques, est expulsé de l'URSS en 74, il s'installe aux Etats-Unis, dans le Vermont, et ne pourra rentrer en Russie, qu'après sa réhabilitation en 1994,  l'auteur de "l'Archipel du goulag", a rendu l’âme, en constatant que la plupart de ses compatriotes n'ont pas lu ses livres.
L’auteur de « l'Archipel du goulag », était le plus vieux prix Nobel de littérature encore en vie, après la mort de l’écrivain égyptien Najib Mahfouz en 2006.



Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hamim 07/09/2008 16:52

Salam Farid, il a passé toute sa vie à luter et écrire pour changer des choses dans son pays sans que ses compatriotes ne lui lisent.

Farid 06/09/2008 15:36

la pire des choses c'est de mourir dans l'anonymat, même célébre. Bizare!

Hamim 16/08/2008 00:02

Salam Tarik, la mort n'épargne personne, sauf quand les grands nous quittent ils laissent un grand vide.

Tarik 14/08/2008 23:49

le monde est entrain de libérer ses hommes à la mort

Hamim 09/08/2008 13:00

Salam Zineb, alors c'est l moment de le decouvrrir entant qu'auteur